Les cotations en canyoning

Vous vous êtes déjà demandé ce que signifient les cotations en canyoning et comment s’en servir ?

Dans notre article précédent sur nos 5 canyons préférés, nous avons listé la cotation de tous les canyons présentés.

Nous allons maintenant vous expliquer comment les comprendre et les utiliser pour organiser en toute sécurité vos sorties canyoning.

Bonne lecture et à vos topos de canyoning !

Les cotations en canyoning

A l’instar du système de cotations en escalade, les cotations en canyoning ne servent pas à savoir son niveau ou tester sa forme, ni à valoriser son égo.

Quand vous partez faire un canyon, vous êtes à la merci de Dame Nature. Il est impératif de bien connaître les risques liés au milieu dans lequel vous allez évoluer et de savoir rester humble face aux éléments.

Nous allons vous présenter des points clés pour savoir lire ces cotations et pouvoir interpréter les informations qu’elles contiennent.

Les cotations en canyoning

Les cotations en canyoning permettent d’obtenir des informations liées à la difficulté et aux dangers rencontrés dans un canyon. Elles donnent les critères de difficulté et les risques que vous rencontrerez pendant la descente. Elles dépendent de 3 facteurs qui ont été estimés grâce à des normes de classements techniques des espaces et itinéraires de canyonisme.

La notation utilisée

La notation permet de décrire les critères de pratique suivants :

  1. La verticalité, symbolisée par la lettre V.
  2. Le caractère aquatique, symbolisé par la lettre A.
  3. L’engagement et l’envergure, symbolisé par un chiffre romain.

Chaque lettre est suivie d’un chiffre de 1 à 7. Plus le chiffre est grand, plus la difficulté est élevée. Pour chaque difficulté, des critères établis permettent de classer les canyons (cf. tableaux des difficultés).

Par exemple, pour le canyon du Tapoul dans la Lozère, la cotation se présente sous cette forme : V3A5I.

Pour le canyon du Saint Vincent dans les Pyrénées-Orientales, vous aurez ceci : V5A3IV.

La cotation est calculée pour un débit moyen en période habituelle de descente pour le canyon choisi. Le niveau d’eau est généralement bas sans être vraiment à l’étiage (débit minimal d’un cours d’eau). Elle est également évaluée pour un groupe de 5 personnes.

Les critères de cotation

La verticalité

Propres aux différents passages sur cordes et la progression en terrain varié, ces critères de difficultés concernent la complexité technique du canyon choisi. Les enchaînements de verticales, les désescalades techniques et les rappels arrosés sont pris en compte.

Caractère vertical, critère des cotations en canyoning
Tableau du caractère vertical :

Difficulté

Caractère vertical

1
Très facile

Absence d’obstacle vertical obligatoire. Absence de rappel et de main courante, corde et baudrier inutiles pour la progression normale en sécurité.
Absence de passage d’escalade/désescalade

2
Facile

Rappel(s) d’accès et d’exécution facile, inf. ou égal à 10m.
Main courante de sécurité.
Passage d'escalade / désescalade facile et peu exposé.

3
Peu difficile

Verticales à faible débit. Réception en vasque avec nage en eau calme.
Rappels d’accès et d’exécution simple, inf. ou égal à 30 m, séparés, au minimum, par des paliers permettant le regroupement.
Main courante de progression facile.
« Marche » technique qui nécessite une attention particulière (pose des appuis précis) et une recherche d’itinéraire sur terrain pouvant être glissant ou instable ou accidenté ou encombré ou dans l’eau.
Passages d'escalade/désescalade (jusqu’au 3c), peu exposés, pouvant nécessiter l'usage d'une corde.

4
Assez difficile

Verticales de débit faible à moyen pouvant commencer à poser des problèmes de déséquilibre ou de blocage.
Rappel (s) d’accès difficile et/ou sup. à 30m.
Enchaînement de rappels en paroi avec relais confortables.
Présence de frottements de corde.
Main courante de progression complexe, rappel ou bas du rappel non visible du départ, réception en vasque avec mouvements d'eau.
Passages d'escalade / désescalade jusqu’au 4c ou A0, exposés et/ou nécessitant l’usage des techniques d’assurage et de progression.

5
Difficile

Verticales de débit moyen à fort, franchissement difficile nécessitant une gestion de la trajectoire et/ou de l’équilibre.
Enchaînement de rappels en paroi avec relais aériens.
Franchissement de vasque suspendue déversante durant la descente.
Support glissant ou présence d’obstacle.
Désinstallation de la corde difficile (en position de nage ….).
Passages d'escalade / désescalade exposés, jusqu’au 5c ou A1.

6
Très difficile
Très exposé

Verticales de débit fort à très fort.
Cascade consistante.
Franchissement très difficile, nécessitant la gestion efficace de la trajectoire et/ou de l’équilibre.
Installation de relais difficile : mise en place délicate d’amarrage naturel (bloc coincé, …).
Accès au départ du rappel difficile (installation de main courante très délicate …).
Passage d'escalade / désescalade exposé, jusqu’au 6a ou A2.
Support très glissant ou instable.
Vasque d’arrivée fortement émulsionnée.

7
Extrêmement difficile
Très exposé

Verticales de débit très fort à extrêmement fort.
Cascade très consistante.
Franchissement extrêmement difficile nécessitant l’anticipation et la gestion spécifique de la corde, de la trajectoire, de l’équilibre, des appuis et du rythme.
Passages d'escalade / désescalade exposés, au dessus de 6a ou A2.
Visibilité limitée et obstacles fréquents.
Passage possible en fin de rappel ou en cours de rappel dans une (des) vasque(s) avec mouvements d’eau puissants.
Contrôle de la respiration : passage(s) en apnée.

Le caractère aquatique

Comme expliqué plus haut, la cotation est estimée sur une période clé de l’année, au moment où le débit du canyon choisi est optimum pour la descente. Les critères de cotations aquatiques donnent les difficultés de la descente hors parties verticales. Sont pris en compte toutes les difficultés liées à l’eau et ses mouvements aquatiques, à savoir les drossages quand une rivière tourne brutalement, les siphons mais également les longues étroitures (biefs).

Ce qu’il faut bien retenir, c’est que le niveau aquatique peut tout à fait évoluer en fonction des conditions climatiques et la période de l’année. Il faut bien se renseigner sur la météo et choisir le bon calendrier pour la sortie canyoning.

Caractère aquatique, critère des cotations en canyoning
Tableau du caratère aquatique :

Difficulté

Caractère aquatique

1
Très facile

Absence d’eau ou marche en eau calme.
Nage facultative.
Absence de saut.
Absence de toboggan

2
Facile

Nage ne dépassant pas 10m de longueur en eau calme.
Saut d’exécution simple inf. à 3m.
Toboggan court ou à faible pente.

3
Peu difficile

Nage ne dépassant pas 30m en eau calme.
Progression en courant faible.
Saut d’exécution simple de 3 à 5m.
Toboggan long ou à pente moyenne.

4
Assez difficile

Immersion prolongée entraînant une perte calorifique assez importante.
Courant moyen.
Siphon large de moins d’1m de longueur et/ou de profondeur.
Saut d’exécution simple de 5 à 8m.
Saut avec difficulté d'appel, de trajectoire ou de réception inf. à 5m.
Grand toboggan ou à forte pente.

5
Difficile

Immersion prolongée en eau froide entraînant une perte calorifique importante.
Progression en courant assez fort, pouvant perturber les trajectoires de nage, les bacs, les arrêts ou les reprises de courant.
Difficultés obligatoires liées à des phénomènes d'eau vive ponctuels (tourbillons, rappels, marmites, drossages …) pouvant entraîner un blocage ponctuel du canyoniste.
Siphon large et jusqu’à 2m de longueur et/ou de profondeur.
Saut d’exécution simple de 8 à 10m.
Saut avec difficulté d’appel, de trajectoire ou de réception de 5 à 8m.

6
Très difficile
Très exposé

Progression en courant fort rendant les trajectoires de nage, les bacs, les arrêts ou les reprises de courant difficiles à exécuter.
Mouvements d’eau bien marqués (drossages, contre-courant, rappels, vagues, tourbillons …) pouvant entraîner un blocage assez prolongé du canyoniste.
Siphon technique jusqu’à 1m maxi avec courant éventuel ou cheminement.
Siphon large jusqu’à 3m de profondeur et/ou de longueur.

7
Extrêmement difficile
Très exposé

Progression en courant très fort rendant les trajectoires de nage, les bacs, les arrêts ou les reprises de courant extrêmement difficiles à exécuter.
Mouvements d’eau violents (drossages, contre-courant, rappels, vagues, tourbillons …) pouvant entraîner un blocage prolongé du canyoniste.
Siphon de plus de 3m de longueur et/ou de profondeur.
Siphon technique et engagé de plus de 1m avec courant ou cheminement ou sans visibilité.
L'engagement et l'envergure, critères des cotations en canyoning

L’engagement et l’envergure

La cotation sur l’engagement prend en compte plusieurs critères : tout ce qui a attrait sur la durée de la descente, la marche d’approche et le retour.

Un encaissement marqué concorde avec un canyon engagé. Pour cela, nous tenons compte de la possibilité d’avoir des échappatoires s’il faut sortir ou se mettre à l’abri en cas de montée subite du niveau d’eau.

Plus vous serez loin de la civilisation, avec comme seule sortie du “tunnel” la fin du canyon, plus vous serez sur des canyons engagés.

Tableau de l’engagement / l’envergure :

Engagement | Envergure

Critères

I

Possibilité de se mettre hors crue facilement et rapidement.
Échappatoires faciles présentes sur toutes les portions du parcours.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) inférieur à 2 heures.

II

Possibilité de se mettre hors crue en ¼ heure de progression maxi.
Echappatoire(s) en ½ heure de progression maxi.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) entre 2 et 4 heures.

III

Possibilité de se mettre hors crue en ½ heure de progression maxi.
Echappatoire(s) en 1 heure de progression maxi.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) entre 4 et 8 heures.

IV

Possibilité de se mettre hors crue en 1 heure de progression maxi.
Echappatoire(s) en 2 heures de progression maxi.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) entre 8 heures et 1 jour.

V

Possibilité de se mettre hors crue en 2 heures de progression maxi.
Echappatoire(s) en 4 heures de progression maxi.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) entre 1 et 2 jours.

VI

La possibilité de se mettre hors crue peut demander plus de 2 heures de progression.
Echappatoire(s) le temps nécessaire pour s’échapper est supérieur à 4 heures de progression.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) supérieur à 2 jours.

VII

La possibilité de se mettre hors crue peut demander plus de 2 heures de progression.
Echappatoire(s) le temps nécessaire pour s’échapper est supérieur à 4 heures de progression.
Temps de parcours du canyon (approche, descente, retour) supérieur à 2 jours.

Voici une vidéo extrême de l’ouverture d’un canyon au Népal, le canyon de Chamjé Khola dont la cotation est A7V7EX. La barre est placée très haut dans les cotations de canyoning et ne s’y engage pas qui veut !

Quelques liens utiles

Voici quelques liens utiles pour avoir des informations tangibles et préparer au mieux vos sorties canyoning :

  • Descente Canyon propose une grande base de données de canyons dans le monde. Ces informations sont complétées par les canyonistes. Vous pouvez obtenir les dernières actualités sur les canyons parcourus : débits, équipement, interdictions…
  • La CCI (Commission Canyon Interfédérale) met en avant la concertation de plusieurs fédérations avec la FFS, la FFME et la FFCAM. Vous trouverez des outils cohérents pour préparer votre sortie comme cet outil d’aide à la décision, un questionnaire en ligne pour évaluer les circonstances et prendre les meilleurs décisions possibles.
  • Vérifiez les conditions météorologiques avant de partir dans un canyon.
  • Pour vous former sur les techniques de progression en canyoning, vous pouvez vous inscrire à l’un de nos stages de perfectionnement en canyoning pendant lesquels nous allons plus en profondeur dans la théorie et la pratique.
Photo de groupe pendant un stage canyoning Escal'OSud

Le mot de la fin

Si vous êtes arrivés jusqu’à la fin de cet article, vous avez pu vous rendre compte que les cotations en canyoning sont à la fois simples et complexes. Néanmoins, elles sont utiles pour connaître la difficulté de chaque canyon.

A partir de maintenant, vous saurez lire et comprendre la signification des cotations. Vous pourrez préparer vos sorties et les pratiquer en sécurité.

Le canyoning étant une activité en milieu naturel qui évolue avec les conditions météorologiques et qui présente des risques, il est nécessaire d’avoir des connaissances et des compétences techniques. Nous vous conseillons de faire appel à un professionnel ou de suivre une formation adaptée si besoin.

Restez humbles et prêts à vous adapter, mais surtout faites vous plaisir dans ces lieux magiques.

Nous espérons pouvoir partager d’autres connaissances avec vous lors d’un canyon ou d’un stage.

Merci et à bientôt pour de nouvelles lectures et aventures !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Vous aimerez aussi

Le lac du Salagou

Le lac du Salagou

Découvrez le lac du Salagou qui offre une multitude de possibilités pour vos activités touristiques et sportives en plein air dans un cadre à couper le souffle…

A propos

Escal'OSud

Escal'OSud

Nous sommes une équipe de moniteurs de canyoning, escalade et via ferrata basés à Montpellier dans l’Hérault passionnés de sports de pleine nature.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos derniers articles dès leur publication.

Instagram Escal’OSud

Inscrivez-vous à la newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Restez informés de l'actualité, des nouveaux articles, et des évènements de pleine nature proposés par Escal'OSud.

Vous pourrez à tout moment vous désinscrire si vous changez d'avis.

Félicitations ! Vous êtes inscrits à la newsletter Escal'OSud.

Pin It on Pinterest

Paramètres de la boîte à cookies